Problèmes respiratoires : la kinésithérapie respiratoire peut vous aider

La respiration est d’une importance vitale pour l’organisme de l’homme. Lorsque cette fonction devient défaillante ou arrive à manquer, cela peut causer des complications majeures. Découvrez dans cet article comment la kinésithérapie respiratoire peut aider à régler les problèmes respiratoires.

Qu’est-ce que la kinésithérapie respiratoire ?

Les poumons sont les organes centraux du système respiratoire. Ils sont desservis en dioxygènes par les bronches qui ont pour fonction le convoi de l’air entre l’intérieur et l’extérieur de l’organisme. Lorsque ces bronches sont bouchées ou altérées, les échanges respiratoires ne sont plus fluides. Cela favorise diverses pathologies. La kinésithérapie respiratoire correspond donc à l’ensemble des techniques mises en œuvre par un praticien pour désencombrer les voies respiratoires.

L’intervention prend en compte non seulement le déblayage des bronches, mais également celui du nez. L’objectif du traitement est d’évacuer le mucus qui obstrue les conduits normalement destinés au passage de l’air (par les processus d’expiration et d’inspiration). En fonction de la gravité du problème et de l’âge du patient, les médecins peuvent utiliser plusieurs techniques d’intervention. On peut citer notamment :

  • La technique de manipulation Toux-Expulsion qui consiste à tousser puis à expulser le mucus accumulé dans les bronches ;
  • La technique rhinopharyngée rétrograde qui consiste à provoquer une inspiration nasale à partir d’une manipulation de la bouche ;
  • La technique d’antépulsion pharyngo-buccale qui permet d’induire l’expulsion des secrétions par la bouche ;
  • La technique d’accélération du flux respiratoire qui consiste à accélérer la dynamique respiratoire de manière à provoquer une toux.

Seul un kinésithérapeute professionnel est qualifié pour administrer une kinésithérapie respiratoire. N’empêche qu’au besoin, lorsqu’il juge cela nécessaire, le kinésithérapeute peut apprendre au patient certaines techniques afin de lui permettre de se prendre en main.

Selon les cas, la kinésithérapie respiratoire peut être accompagnée d’un traitement médicamenteux ou chirurgical afin d’obtenir des résultats plus efficaces.

Dans quelles situations le recours à une kinésithérapie respiratoire est-il indiqué ?

La kiné respiratoire est indiquée pour certaines maladies spécifiques telles que :

  • La bronchiolite ;
  • La bronchite ;
  • La mucoviscidose ;
  • La bronchopneumopathie (BPCO) ;
  • L’asthme.

Le traitement est continuel et peut s’étendre sur plusieurs mois à raison de 3 séances en moyenne par semaine (en fonction de l’ampleur de l’encombrement).

À titre informatif, notez que le recours à une kiné respiratoire doit se faire sur recommandation d’un médecin traitant (généralement un pneumologue).

Qui peut recourir à des soins de la kinésithérapie respiratoire ?

Le recours à une kinésithérapie respiratoire n’a aucune restriction. Toute personne qui souffre de troubles respiratoires peut faire appel aux services d’un kinésithérapeute. De plus en plus de pédiatres prescrivent même la kinésithérapie respiratoire aux nourrissons atteints de bronchiolite. Les interventions ne sont pas douloureuses et ne devraient donc pas, a priori, faire pleurer les enfants. Il convient également de notifier que la kiné respiratoire n’a aucun effet secondaire sur l’organisme. Il n’y a donc pas de raisons de craindre d’éventuelles complications.

En conclusion, retenez que les problèmes d’encombrement des voies respiratoires peuvent être résolus grâce à des séances de kinésithérapies respiratoires régulières.